Psychologue en libéral: location, achat de cabinets: nos conseils

Comment bien choisir son cabinet libéral?

Il existe de nombreuses modalités d’installation en libéral : location, achat, installation chez soi, etc. Il n’est pas toujours facile de s’y retrouver entre toutes ces possibilités et savoir laquelle nous conviendrait le mieux.

Essayons de faire le point dans cet article.

psychologue libéral : exemple de bureau

Locations de bureaux à l’heure

De nombreux avantages

Bien que peu utilisée, la location d’un cabinet de psychologue à l’heure présente de nombreux avantages pratiques et financiers: le coût de la location pour une activité qui débute, la prise de risque financier et le risque de « banqueroute » bien moins élevés que pour une location à la journée.

Il s’agit d’une solution particulièrement bienvenue pour les professionnels qui souhaitent compléter une activité à temps plein, qui n’ont pas de fonds pour pouvoir tenir des premiers mois potentiellement difficiles ou pour ceux qui souhaitent démarrer très progressivement.

.

Où trouver des locations à l’heure?

Les cabinets de psys

Il est possible de trouver des psychologues (ou d’autres professionnels) qui louent un bureau pour quelques heures. C’est bien sûr la meilleure modalité. Malheureusement, ce sont des cas souvent assez rares. Il s’agit souvent d’arrangements qui se font par bouche-à-oreille et les annonces de location à l’heure sont rares.

Les services de locations de bureaux à l’heure

Il existe des services de location de bureaux à l’heure mais ce sont souvent des lieux très informels et pas très chaleureux, peu adaptés au travail d’un psychologue.

Par contre, il existe aussi des services de location à l’heure spécialement dédiés aux psychologues comme Kyaso, cocabinet ou zenpeople. Évidemment, c’est relativement cher et vous n’êtes pas sûr d’avoir le même bureau d’une semaine sur l’autre. C’est donc loin d’être la panacée.

Cela peut tout de même constituer une solution d’appoint ou servir dans des situations très spécifiques : déménagement, continuer à voir un patient alors que l’on arrête le libéral, prise en charge très brève, etc.

 

Locations à la journée

La location d’un cabinet à la journée représente la pratique plus courante pour les psychologues qui démarrent leur activité.

Comme nous allons le voir, pour trouver Le cabinet de vos rêves, il peut être utile de réfléchir à certaines questions afin de choisir au mieux.

Cabinet de psychologue individuel ou cabinet de groupe?

Cabinets de psychologue en individuel

Il existe de nombreux psychologues qui louent leur cabinet à la journée ou à la demi-journée car ils travaillent par ailleurs ou ne souhaitent pas être en libéral tous les jours de la semaine. 

Si le bureau n’appartient pas à un cabinet de groupe, vous serez seuls pour recevoir les patients. Cela offre une certaine tranquillité (pas besoin de s’inquiéter du bruit d’un enfant agité par exemple) mais peut ne pas convenir à tout le monde. En effet, être seul peut rendre plus compliqué le travail auprès de certains patients difficiles ou dont on pourrait craindre un passage à l’acte. De ce point de vue, il peut être intéressant d’avoir les patients au téléphone avant le premier rendez-vous plutôt que de passer par un service de prise de rendez-vous directe comme Doctolib‘.

Ensuite, travailler seul peut être assez fastidieux. Paradoxalement, en tant que psychologue en libéral, même si l’on des patients toute la journée, on peut se sentir assez seul si l’on n’a personne avec qui échanger. 

.

Cabinets pluridisciplinaires

Sur de nombreux aspects, les cabinets de groupe, c’est bien: vous n’êtes pas seul, on pourra vous orienter des patients, la salle d’attente est mutualisée, etc.  Ce n’est pas pour autant la solution miracle à adopter les yeux fermés.

Premier inconvénient potentiel: le prix. Lorsque les cabinets possèdent un secrétariat ou son luxueux, le prix de la location risque d’être très (trop) élevés. C’est particulièrement vrai si vous vous installez avec des professionnels pouvant générer des revenus beaucoup plus importants (médecins spécialistes, etc.)

Ensuite, il convient d’être prudent concernant l’adressage. Dans les faits, passer, pour les patients, d’un mode de consultation gratuit (médecin, orthophoniste…) à un mode de consultation payant (thérapie) n’est pas si évident que cela. 

Enfin, si vous partagez votre bureau avec une autre profession (médecin, ergothérapeute, kinésithérapeute, etc.), il faut tout de même que vous vous sentiez bien et que le bureau puisse « faire psy » afin que vous et les patients puissiez vous l’approprier.

 

Le prix de la location

Comme nous venons de le voir, la question du coût peut être essentielle dans votre choix selon l’endroit où vous habitez.

Si c’est dans une région où les loyers sont bas, normalement, ce n’est pas un soucis majeur. Mais les choses sont très différentes dans une ville dans laquelle les locations sont chères (disons pour simplifier: les centre-villes et les grandes agglomérations). Dans  ce cas, un loyer trop élevé peut ruiner votre équilibre financier. Sur Paris, par exemple, on trouve des offres à plus de 200€ la demi-journée: à ce prix-là, vous risquez d’étouffer tout démarrage d’activité.

Même si c’est un peu fastidieux, il peut être très utile de faire des simulations en faisant varier le prix de location, le nombre de patients vus par jours, les tarifs, etc. Cela vous aidera à vous faire une idée de ce qu’il est possible ou non de s’offrir.

Du point de vue de votre budget, le prix du loyer représente une charge fixe (y compris pour les mois de Juillet et Août qui risquent d’avoir un solde négatif si vous partez plusieurs semaines en vacances). Son poids relatif sera moins important si vous voyez de nombreux patients, ce qui ne sera peut-être pas le cas au début de votre activité. Louer pour 3 ou 4 jours représente donc un risque important si l’on se lance en libéral.

Voir mon article sur les revenus en libéral

.

Si la question financière est importante, elle ne fait bien évidemment pas tout. Il ne s’agit pas de se jeter sur le cabinet le moins cher de votre ville sans réfléchir et il existe, comme nous allons le voir, de nombreux autres critères pouvant guider votre choix.

.

La localisation

Distance de votre domicile, présence de transports en commun, d’un parking, étude du nombre de psychologues déjà installés, la question de la localisation est un facteur absolument essentiel quant au choix de votre cabinet.

La recherche du quartier le plus adapté à votre installation se fait lors de la phase d’étude de marché qui se fait théoriquement avant les réflexions sur le choix du cabinet.

.

Le feeling

Autre critère d’importance que l’on pourrait parfois laisser de côté: le feeling. Faites confiance à votre ressenti concernant notamment:

    • le quartier proche
    • Le bureau et le cabinet
    • les autres professionnels

Est-ce que vous aimeriez aller là-bas toutes les semaines? Est-ce que le courant passe bien avec vos potentiels collègues? Faites confiance à votre insight, vous êtes psy après tout….

.

Les horaires

Tous les créneaux horaires ne se valent pas, je ne vous apprends rien.

Sauf patientèle particulière (étudiants, personnes âgées, personnes en arrête maladie…), il est souvent beaucoup (beaucoup) plus difficile de trouver des patients pour des créneaux en semaine le matin ou en début d’après-midi.

D’une manière générale, on conseille de louer de préférence:

    • Pour des thérapies d’enfant: le samedi et le mercredi
    • Pour des thérapies d’adulte: le samedi et en soirée

Il est ainsi parfois avantageux de louer à la demi-journée (par exemple, à partir de 14heures) ou même uniquement en soirée.

.

La qualité du lieu

Un cabinet de psychologue est supposé être un lieu agréable, suffisamment spacieux et dans lequel on se sente bien.

En dehors du bureau lui-même, plusieurs points peuvent être appréciables même s’ils ne sont pas absolument nécessaires. On pense ici notamment à:

    • L’insonorisation
    • La taille de la salle d’attente
    • La présence d’une cuisine

Dernière remarque, n’hésitez pas à faire attention à la cohérence entre votre patientèle potentielle et le style du cabinet. Pour donner un exemple caricatural, voir des enfants hyperactifs dans un cabinet d’analyste décoré de tapis persans et de vases de Chine ne semble pas être une très bonne idée…

.

Possibilités d’adressage

Dès lors que vous travaillez avec d’autres professionnels, la possibilité qu’ils vous adressent des patients peut être appréciable pour construire sa patientèle. Néanmoins, je le disais plus haut, l’adressage ne va pas de soi. Mieux vaut en discuter avec vos futurs collègues que de simplement imaginer qu’ils vous adresseront des patients.

 

Un exemple de mauvais choix de cabinet

Acheter son cabinet

La question de l’achat est si vaste qu’elle mériterait un article en soi. Je vais donc me contenter ici d’effleurer le sujet.

Réservé à une minorité, l’achat nécessite bien sûr de voir loin (on n’achète pas pour deux ans), de pouvoir investir et de très bien préparer son projet.

l’achat nécessite de faire coïncider deux objectifs potentiellement dissemblables: faire un investissement immobilier et monter un cabinet.

Concernant la partie « cabinet psy », on se posera les mêmes questions que pour la location: « est-ce qu’il n’y a pas déjà trop de psychologues dans ce quartier? », « est-ce bien situé en terme de transports en communs? », etc.

Concernant la partie « investissement immobilier », on se posera d’autres questions: « est-ce que les prix vont potentiellement monter ou baisser? », « est-ce que des travaux vont être nécessaires? », etc.

La perle rare coche bien sûr toutes les cases…

Monter un cabinet de psychologue à son domicile

Home, sweet home

Si vous en avez la possibilité installer votre cabinet chez vous présente de nombreux avantages:

    • Aucun temps de trajet
    • Aucun frais de location
    • Vous maîtrisez totalement vos horaires
    • Vous n’avez pas à partager votre bureau et pouvez donc l’aménager comme vous le souhaitez
    • etc.

Ainsi, s’installer à domicile est souvent une bonne idée si cela n’empiète pas trop sur votre espace de vie.

La création d’un cabinet chez soi nécessite bien sûr néanmoins un certains nombres d’aménagements matériels et organisationnels:

.

Installation à domicile : aménagements matériels

Tous les appartements, tous les pavillons ne se prêtent pas à la création d’un cabinet de psychologue. Même quand cela est possible, il faut souvent faire quelque travaux pour créer votre bureau et votre salle d’attente.

Il est essentiel de bien séparer les espaces personnels et professionnels. Les patients ne doivent pas avoir l’impression de rentrer dans votre intimité.

Le cabinet dans lequel vous recevez des patients va donc devenir une pièce professionnelle sans photos personnelles, ni objets trop chargés émotionnellement. Dans le meilleur des mondes, il aurait même une entrée séparée de celle du reste de votre logement (mais je pense que ce n’est pas obligé).

Il est enfin important que votre cabinet n’empiète pas trop sur votre espace vital: d’un certain point de vue, votre logement va, en effet, perdre des mètres carrés de surface habitable.

.

L’organisation

Le travail à domicile demande une organisation importante. Tous ceux d’entre nous qui ont télétravaillé durant le confinement s’en sont rendu compte.

Travailler chez soi nécessite donc sans doute d’être un peu plus obsessionnel qu’avant dans la gestion de son emploi du temps. Le risque est grand si on n’y prend pas garde de mélanger totalement vie privée et vie professionnelle, temps de travail et temps de repos. Il peut-être utile d’y réfléchir en amont et de se demander: Comment faire pour ne pas se sentir au travail quand on est chez soi? Comment couper d’avec les patients?

Réfléchir à l’avance à ces questions peut sans doute aider à vivre au mieux son installation.

Obligations légales

Même si elles sont moins nombreuses que pour la création d’un cabinet, l’installation à domicile nécessite quelques démarches administratives :

Autorisation administrative

Si vous habitez dans une commune de plus de 200.000 ou en petite couronne (92,93,94), une autorisation préalable de la mairie est obligatoire avant de s’installer. Dans le cas contraire, ce n’est pas nécessaire.

A noter que si vous êtes installés en rez-de-chaussé ou en zone franche, vous êtes également exemptés de ces obligations.

Autorisation du bailleur

Si vous louez votre résidence principale, il est nécessaire de demander à votre bailleur de modifier le bail. En effet, vous passer d’un usage d’habitation à un usage mixte, ce qui nécessite de faire un avenant. Normalement cette démarche ne doit pas causer de problème particulier.

Autorisation de la copropriété

Si vous habitez dans un immeuble géré par une copropriété, les choses sont un peu plus complexes.

Il faut en effet vérifier que le règlement de copropriété n’interdit pas l’usage professionnel ou ne contient pas une clause d’habitation «exclusivement bourgeoise ». Si jamais c’est le cas, il est nécessaire de demander une autorisation à la copropriété (voir cet article du Bistro des créateurs pour plus d’informations).

Conclusion

Pour conclure, il existe de nombreuses modalités d’installation en libéral. Ne vous fermez donc pas de portes par avance: peut-être que le cabinet qui vous conviendra n’est pas celui auquel vous pensiez au départ. Il peut ainsi être intéressant d’avoir du temps pour chercher. Cela peut permettre d’imaginer différentes modalités d’installation, de se projeter, de clarifier ses idées en en parlant à d’autres professionnels. 

Enfin, si j’ai beaucoup insisté dans cet article sur des questions très pratiques, elles ne doivent pas masquer l’essentiel: la part d’envie, de plaisir et de créativité qu’il y a à chercher un lieu pour faire de la psychothérapie son métier.

Les derniers articles par vincent Joly (tout voir)
Psychologue en libéral: location, achat de cabinets: nos conseils

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *