Présentation de John Broadus Watson

John Broadus Watson (né en 1878 et mort en 1958) est un des principaux représentant du comportementalisme. Célèbre pour son étude de la phobie à travers le cas du petit Albert, il a  également créé l’école psychologique de Behaviorisme.

watson

.

Enfance et formation

John Broadus Watson, enfant précoce, entra à l’université à l’âge de 16 ans et obtint sa maîtrise à l’âge de 21 ans. A l’Université de Chicago, il étudia la philosophie de John Dewey, qu’il dit n’avoir jamais réellement comprise. Par la suite, il étudia la physiologie du cerveau du chien avec Jacques Loeb, un des biologistes américains les plus célèbres de l’époque. Pour Jacques Loeb, la vie et le comportement des organismes vivants pouvaient être entièrement expliqués par la chimie et la physique sans avoir recours au concept de  » force vitale « . Il enseignait que les comportements étaient dictés par l’instinct et représentaient des réponses à des stimuli extérieurs, idées qui influencèrent durablement le psychologue.

.

Le comportementalisme de John Broadus Watson

Loeb et Watson mirent en place une méthode de description des comportements humains la plus objective possible. Ils nommèrent cette méthode « behaviorisme ». Le behaviorisme de Watson est généralement perçu comme l’héritier direct de l’empirisme de John Locke. Toutefois, ce dernier préférait inscrire ses recherches dans l’histoire de la physiologie expérimentale, marquée notamment par les études sur les réflexes publiées par Sechenov et Bekhterev à la fin du XIXe siècle. Il s’intéressa d’ailleurs également aux travaux d’I.Pavlov dont il donna une description simplifiée dans ses ouvrages de vulgarisation.

En 1913, Watson publie ce qui peut être considéré comme son article le plus important, « Psychology as the Behaviorist views it », véritable manifeste du comportementalisme. Dans cet article, Watson expose les principaux fondements du comportementalisme.  Il convient notamment de relever l’absence de références à toute cause non observable d’un comportement. Pour Watson, il convenait de se centrer sur l’étude des comportements observables et objectivables et non sur les états internes ou mentaux des sujets.

L’article sur le cas Albert  constitue certainement la plus célèbre étude réalisée par J.B.Watson. Elle a ouvert la voie à une interprétation comportementale des phobies mais est également très critiquée pour son manque d’éthique.

Sources et bibliographie:

-Articles

Parot-Locatelli Françoise. Réflexions critiques sur la thérapie comportementale. In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 19, janvier 1978. La guerre à la pauvreté. pp. 67-76.

Parot, Françoise. « Le fonctionnalisme des behavioristes ; histoire et actualité », Françoise Parot éd., Les fonctions en psychologie. Enjeux et débats. Mardaga, 2008, pp. 99-116.

-Ouvrages

Je n’ai pas l’impression que les ouvrages de Watson aient été traduits en français, je mets donc des liens vers les titres en anglais. Si quelqu’un a plus d’information à ce sujet, qu’il n’hésite pas à mettre un commentaire.

Watson, John B. Behavior: An introduction to comparative psychology. Henry Holt, 1914

Watson, John B. Behaviorism (revised edition). University of Chicago Press, 1930.

Le Ny, Jean-François. Le conditionnement et l’apprentissage. Presses Universitaires de France, 1992

-Chapitre d’ouvrages

Minard, Michel. « La nouvelle psychologie, le béhaviorisme et la révolution cognitive », , Le DSM-ROI. La psychiatrie américaine et la fabrique des diagnostics. ERES, 2013, pp. 92-110.

Rusinek, Stéphane. « 3. Lois du conditionnement », , Thérapies comportementales et cognitives. En 37 notions, sous la direction de Chapelle Frédéric, et al. Dunod, 2018, pp. 15-20.

ressources externes sur J.B.Watson:

A ma connaissance, il n’existe pratiquement aucun site en français traitant de Watson. Il faut donc une nouvelle fois se rabattre sur les documents en anglais:

-« Psychology as behavior view it » (article de 1913 en version intégrale)
Condtioned emotional reactions (article original sur le cas Albert)
Un site sur J.B.Watson

Les derniers articles par vincent Joly (tout voir)
Présentation de John Broadus Watson

2 thoughts on “Présentation de John Broadus Watson

  • 3 juin 2009 at 18 h 45 min
    Permalink

    petite erreur au démarrage « College » en Anglais signifie Université… ce qui devient signifiant quand on parle d’entrée à 16 ans comme précoce 😉

    Reply
  • 3 juin 2009 at 20 h 43 min
    Permalink

    Oui tout a fait c’est sûr que 16 ans pour entrer au college ce n’était pas si impressionnant..
    En tout cas, merci pour la remarque, je corrige ça tout de suite.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *